Peut-être vous sentez-vous parfois (ou même souvent) coincés dans une armure ? Et même il vous arrive de vouloir l’enlever pour révéler qui vous êtes en réalité ?

Je vous invite à lire le conte initiatique  » Le Chevalier à l’armure rouillée de Robert Fischer « .

Comme « Le petit prince », ce conte vous offre plusieurs niveaux de lecture. Je vous propose ici un texte extrait de ce conte.

« L’ambition qui vient de l’esprit peut procurer de beaux châteaux et de beaux chevaux. Seule l’ambition qui vient du cœur peut aussi apporter le bonheur »

– Qu’est-ce que l’ambition qui vient du cœur ? demanda le chevalier.

L’ambition venue du cœur est pure. Elle n’entre en compétition avec personne et ne fait de tort à personne. Elle est au service d’un être humain bien précis, en même temps qu’au service de tous.

– Comment ? » Demanda le chevalier, effectuant de grands efforts pour comprendre.

 

Merlin expliqua :

« C’est là que nous pouvons apprendre de ce pommier. Il est beau épanoui, et porte de bons fruits qu’il donne librement à tous. Plus les gens cueillent de pommes, plus l’arbre pousse et plus il est beau. Il fait exactement ce que les pommiers sont supposés faire, il réalise son potentiel au bénéfice de tous. Il peut en être de même avec les êtres humains quand leur ambition vient du cœur.

– Mais, objecta le chevalier, si je reste assis toute la journée à distribuer gratuitement des pommes, je n’arriverai jamais à avoir un beau château et à remplacer mon vieux cheval.

– Comme la plupart des gens, tu veux avoir de jolies choses, mais il est nécessaire de distinguer le besoin de l’envie.

– Allez dire cela à une femme qui réclame un château dans un quartier plus chic », rétorqua le chevalier.

Une lueur d’amusement passa sur le visage de Merlin. « Tu pourrais vendre une partie de tes pommes pour te payer un nouveau château et un nouveau cheval. Ensuite, tu distribuerais les pommes dont tu n’as pas besoin pour nourrir ceux qui ont faim.

– C’est plus facile pour les arbres que pour les humains, dans ce monde, déclara le chevalier avec philosophie.

Tout est une question de point de vue, dit Merlin. Tu reçois la même énergie vitale que l’arbre. Tu utilises la même eau, le même air et la nourriture tirée de la terre. Je t’assure que si tu apprends ce que l’arbre peut t’enseigner, tu pourras aussi produire les fruits prévus pour toi par la nature et tu auras vite les chevaux et les châteaux que tu désires.

– Vous voulez dire que je pourrais avoir tout ce que je veux en me contentant de prendre racine et de rester dans la cour ? »

Merlin rit.

« Les êtres humains ont été dotés de deux pieds de façon à ne pas être obligés de rester toujours à la même place. Mais s’ils voulaient bien rester plus souvent tranquilles et apprécier ce qu’ils ont, au lieu de toujours courir après quelque chose d’autre, ils comprendraient certainement l’ambition venue du cœur. »

 

Créez-vous une belle journée.

Valérie Kervella

Découvrez aussi :